Michèle nous parle Vie

Allergies aux pollens

mars 18, 2019

Un tout autre sujet cette semaine, avec un thème entièrement actuel.

Chaque année, je suis étonnée du nombre de personnes souffrant d’allergies aux pollens des arbres et des graminées. Je suis moi-même une de ces personnes et j’avais envie de vous partager mon expérience, ce qui m’a aidé à passer des printemps plus sereinement et ce qui n’a pas fonctionné.

Tout d’abord, parlons un peu des symptômes:


Les symptômes

– éternuements

– nez qui coule / bouché

– yeux irrités

– gorge qui gratte

– asthme

 

Ces symptômes sont plus ou moins forts selon le degré de sensibilité aux pollens et peuvent être vraiment handicapants, voire insupportables.


Sommes-nous allergiques aux pollens depuis l’enfance ?

Là encore, cela dépend des personnes. Pour ma part, j’ai le rhume des foins depuis l’âge de 6 ans environ. Le rhume des foins fait donc partie intégrante de ma vie depuis de nombreuses années déjà. Étant enfant, tout se passait au niveau des yeux, mais je continuais à aller jouer dehors bien qu’à la fin de la journée mes yeux étaient comme deux patates tellement ils avaient enflés. A cette époque-là, il n’existait que des gouttes pour les yeux, mais qui n’étaient pas super efficaces d’après mes souvenirs.

Chez d’autres personnes, le rhume des foins se déclare plus tard, même à l’âge adulte. D’après les médecins, il y aurait tout de même une part d’hérédité. Mon papa est allergique aux mêmes pollens que moi, ma maman a eu le rhume des foins après ma naissance.


Limiter les gênes dues aux pollens

Il existe tout un tas de préventions pour limiter les gênes aux pollens durant une journée :

Aérer sa maison le matin

Éviter de sortir par temps venteux (car là c’est la folie des pollens dans l’air!)

Rester chez soi le plus possible si on le peut

Se doucher le soir pour se débarrasser des pollens

Attendre patiemment qu’il pleuve pour que les pollens se retrouvent plaqués au sol

 


Quels traitements ?

J’ai passé des années à tester des médicaments naturels et chimiques. Chaque année une nouveauté sortait et hop, c’était un nouvel espoir qui naissait. Je pourrais citer par dizaines le nombre de médicaments naturels que j’ai essayés. Des pastilles à prendre chaque jour, 3x par jour, la crème qu’on met dans le nez pour éviter que les pollens n’entrent, les sprays buccaux, les cures de pollens d’abeilles, etc. Autant dire que ça occupait mes printemps, mais cela ne fonctionnait pas sur moi. Je revenais chaque fois aux antihistaminiques chimiques, qui ne m’aidaient plus ou moins.

Les seuls printemps paisibles que j’ai vécus étaient lors de mes grossesses. Vous imaginez ? Pas de règles et pas d’allergies, le rêve !


la désensibilisation aux pollens

Un jour de printemps bien chargé en pollens de bouleau, j’ai eu un début d’asthme. Pour moi ça a été le déclencheur de me pencher sur la désensibilisation. J’avais repoussé ce moment d’année en année, mais un jour j’ai dû me rendre à l’évidence. Je ne pouvais plus continuer ainsi, surtout en ayant des enfants. Je ne pouvais plus rester enfermée chez moi durant le printemps avec des enfants. Les antihistaminiques ne faisaient plus effets sur moi…

Je suis alors allée voir un allergologue. Il m’a d’abord fait des tests afin de voir à quoi j’étais allergique et à quel degré. Suite aux résultats, il m’a proposé la désensibilisation. Il a bien insisté sur le fait qu’il n’y a pas 100% de réussite et que le traitement est long. Je n’avais rien à perdre, j’ai décidé de me lancer.

Comme mes allergies étaient autant aux pollens d’arbres qu’aux graminées, j’avais droit à deux piqûres chaque fois. Durant les 2 premiers mois, je devais me rendre 1 fois par semaine pour les injections. Par la suite, j’y allais 1 fois par mois. Autant dire que j’avais l’impression d’être tout le temps chez le médecin. Le traitement a duré 3 ans.


Les résultats

À ma plus grande joie, j’ai très bien réagi au traitement dès le début. J’ai vu une amélioration dès le premier printemps, j’étais tellement contente ! Le médecin était surpris, car il n’avait pas ce résultat sur tous ses patients. J’ai donc continué le traitement durant 3 ans et je pouvais enfin vivre mes printemps comme une personne “normale”.

Aujourd’hui, cela fait environ 8 ans que j’ai fait le traitement et je sens que cela revient un peu. Cela fait le 2e printemps où j’ai recommencé à prendre des médicaments lors de jours chargés en pollens. J’ai pris rendez-vous chez l’allergologue pour faire le point et éventuellement faire un rappel de piqûres. Affaire à suivre…

Je connais des personnes très allergiques qui ont fait la désensibilisation sans avoir eu de résultat (zéro résultat!). Nous sommes donc tous différents face à la désensibilisation, mais je la conseille vivement. On m’a parlé de la médecine alternative (par exemple acuponcture), mais je n’ai jamais testé.

N’hésitez pas à partager vos expériences ou vos astuces pour diminuer/éliminer les symptômes.

 

Retrouvez-moi sur mes sites internet www.couleurs-du-paradis.ch et www.vivre-ma-vie-en-couleurs.ch

Également sur Facebook “couleurs du paradis” et “vivre ma vie en couleurs


 

Mes Favoris - Hiver 2019
La collection Wanderluxe de Nars

You Might Also Like

%d blogueurs aiment cette page :